Infiltration du hiatus sacro coccygien

Une infiltration du hiatus sacrococcygien est principalement indiquée chez les patients opérés du rachis lombaire présentant une irritation nerveuse (radiculalgie/sciatique). Du fait des antécédents opératoires il n’est en effet pas toujours possible d’aborder directement la hernie lors de l’infiltration.

Le geste consiste à injecter un médicament anti-inflammatoire dans l’espace épidural qui est l’espace graisseux du canal rachidien qui entoure les racines nerveuses. Le point d’entrée est situé à la partie basse du sacrum (partie supérieur du sillon entre les fesses), plus bas que la zone lombaire.

Le guidage sous scanner permet de choisir le bon point d’entrée de l’aiguille et de la positionner très précisément.

Cet appareil utilise des rayons X. En matière d’irradiation des patients, rien n’a pu être démontré dans ce domaine compte tenu des faibles doses utilisées et des précautions prises pour limiter au strict minimum la zone examinée. Toutefois, des précautions concernant les femmes enceintes doivent être prises systématiquement. C’est pourquoi il est important de signaler si vous pouvez être dans ce cas.

Déroulement de l’examen

"
Préparation
"
Déroulement
"
Après l'examen

Le jour de l’examen veuillez apporter:

  • La demande de l’examen (ordonnance et /ou lettre de votre médecin)
  • La liste écrite de vos médicaments plus particulièrement les traitements qui peuvent fluidifier votre sang (Kardegic, Previscan, Plavix…). Ces derniers doivent être signalés dès la prise de rendez vous car un arrêt peut parfois nécessaire.
  • Vos anciens examens (Scanners, échographies, IRM, Radios)
  • Les résultats des examens de laboratoire qui vous auraient été demandés
  • Votre carte vitale
  • Les produits qui ont pu être demandés pour l’examen
  • Le questionnaire médical rempli et signé

A l’exception des médicaments que l’on vous aurait précisément demandé d’arrêter, vous prendrez normalement vos autres traitements.
Venez de préférence accompagné. Il ne faut pas être à jeun
Pour être plus à l’aise, il est conseillé d’aller aux toilettes avant l’examen.
Tel qu’il vous a été indiqué lors de votre prise de rendez-vous, nous vous rappelons qu’un dépassement d’honoraires de 30€ sera à régler pour la réalisation de cet examen.

Que va-t-il se passer ?

Vous serez allongé sur le ventre sur la table d’examen qui se déplace dans un anneau, vous n’êtes jamais « enfermé » Après une désinfection très soigneuse de la peau, une aiguille est mise en place à proximité de la zone pathologique, sous contrôle d’images scanographiques. Une faible quantité de produit de contraste iodé est injectée pour vérifier la bonne position de l’extrémité de l’aiguille, puis le médicament anti-inflammatoire est injecté.

Pendant l’examen

Votre coopération est indispensable : suivez attentivement les indications qui vous sont données, cela contribuera à la rapidité du geste et diminuera les risques de douleurs et de complications.
Il n’est pas rare de ressentir une douleur au positionnement de l’aiguille, similaire à votre douleur habituelle, rassurer vous c’est que l’aiguille est bien en place.

Les bénéfices et limites de l’infiltration :

  • Cette infiltration a pour but de soulager votre douleur, mais le résultat n’est pas constant. Une recrudescence douloureuse peut s’observer dans les heures suivant le geste.
  • L’amélioration débute en général progressivement après 72 heures
  • On peut réaliser jusqu’à 3 infiltrations par an par site, en les espaçant d’au moins 3 semaines. La répétition d’une éventuelle infiltration doit nécessiter un avis médical, elle peut témoigner de la nécessité de compléter le bilan ou de prendre un avis spécialisé complémentaire.

Retour au domicile:

  • Un repos relatif de 48 heures est recommandé pour une meilleure efficacité de l’infiltration et du fait de possibles phénomènes de rebond initial de la douleur.
  • En cas de fièvre ou de douleur importante dans les jours suivant l’infiltration (possibles signes d’infection), il est important de contacter immédiatement votre médecin.

En cas d’amélioration partielle, il peut être proposer dans certains cas de répéter le geste à distance.

Informations importantes

Y'a-t-il des précautions à prendre ?
Bon à savoir
Il est important de nous communiquer :

Vous allez bénéficier d’un geste guidé par l’imagerie (ponction, infiltration, biopsie, arthroscanner…). Tout geste présente un risque de saignement, raison pour laquelle certains traitements doivent être arrêtés ou adaptés.

N’arrêtez pas ces traitements de votre propre initiative mais après avis de votre médecin traitant. En effet, dans certains cas un arrêt intempestif peut être particulièrement dangereux voir formellement contre indiqué (ex : mise en place récente d’un stent coronarien).

Dans ce cas, un examen alternatif peut parfois être discuté (ex : IRM à la place d’un arthroscanner).
Anti agregant :

  • Kardegic, Aspirine, Aspegic, Résitune : ne pas arrêter le traitement si dosage à 75 ou 100 mg. Si dose plus élevée (160 mg) : relais 5 jours avant pour du 75 mg.
  • Clopidogrel (Plavix) : 5 jours d’arrêt
  • Ticagrelor (Brilique) 5 jours d’arrêt
  • Prasugrel (Effient) : 7 jours d’arrêt
  • Duoplavin (association Kardegic-Plavix) : arrêt 5 jours

Un relais par Kardegic 75 mg de ces traitements doit être envisager au besoin, à coordonner avec votre médecin traitant.

Anti coagulant (AVK, NACO)

  • Apixaban (Eliquis), Rivaroxaban (Xarelto), edoxaban (Lixiana) : 3 jours d’arrêt
  • Pradaxa : 5 jours d’arrêt
  • Antivitamines K (Préviscan, Coumadine, Sintrom, Minisintrom) : 5 jours d’arrêt

Un relais de traitement par héparine peut être nécessaire selon votre situation médicale, à coordonner avec votre médecin traitant.

En cas d’injection d’héparine (HBPM) :

  • pas d’injection la veille au soir et le matin de l’examen à dose curative
  • pas d’injection dans les 12 heures précédentes à dose préventive

Documents importants

  • Questionnaire consentement que vous avez reçu complété et signé
  • Vos radiographies ou précédents examens en rapport avec votre rendez-vous, pour que votre radiologue puisse interpréter votre examen dans les meilleures conditions
  • L'ordonnance du médecin prescrivant l'acte.
  • La liste des médicaments que vous prenez
  • La CARTE VITALE à jour
  • L'attestation CMU ou ACS
  • La feuille d’accident de travail (si besoin)
  • L’attestation si vous êtes en maladie professionnelle
  • Un moyen de règlement (chèque, CB ou espèces)

Les différents centres où sont pratiqués cet examen

Radiologues pratiquants cet examen

Donnez votre avis sur le centre

Nous accordons beaucoup d'importance à la satisfaction de nos patients. Prennez quelques instants pour donnez votre avis afin que nous puissions améliorer notre qualité de d'accueil et de soins.

Aller au contenu principal