Fiche conseil : Lombalgie, quand dois-je consulter ? La place de l’imagerie dans la prise en charge

Fiche conseil : Lombalgie, quand dois-je consulter ? La place de l’imagerie dans la prise en charge

février 18, 2024

La lombalgie, communément appelée mal de dos, est une plainte fréquente qui peut toucher les personnes de tous âges. Dans de nombreux cas, la lombalgie est aiguë et s’améliore d’elle-même avec le temps avec au besoin un traitement antalgique.

Cependant, dans certains cas, la lombalgie peut être le symptôme d’un problème médical sous-jacent plus grave, nécessitant une attention médicale immédiate. Il est donc important de savoir quand consulter un médecin et comment l’imagerie médicale est utilisée dans la prise en charge de la lombalgie.

1. Quand consulter un médecin pour une lombalgie ?

Selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) et de la Société Française de Rhumatologie (SFR), il est recommandé de consulter un médecin dans les cas suivants :

  • Si la douleur persiste ou s’aggrave après plusieurs jours de repos
  • Si la douleur est accompagnée de symptômes tels que des engourdissements, des picotements, une faiblesse musculaire ou des difficultés à contrôler les fonctions de la vessie ou de l’intestin.
  • Si la douleur survient après un traumatisme, une chute ou un accident.
  • Si la douleur est associée à une perte de poids inexpliquée, de la fièvre ou des douleurs nocturnes persistantes.
  • En cas d’antécédents spécifiques notamment cancérologique ou d’immunodépression

Ces signes peuvent indiquer la présence d’une condition médicale sous-jacente, telle qu’une hernie discale, une infection ou une tumeur, qui nécessite une évaluation médicale approfondie et éventuellement des examens d’imagerie médicale pour un diagnostic précis.

2. La place de l’imagerie dans la prise en charge de la lombalgie :

Selon les recommandations de la HAS et de la SFR, l’imagerie médicale, telle que la radiographie, l’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) ou le scanner, n’est généralement pas nécessaire pour la prise en charge initiale de la lombalgie aiguë, sauf dans les cas suivants :

  • Si des signes de gravité sont présents, tels que des symptômes neurologiques
  • Si la douleur persiste malgré un traitement conservateur pendant plusieurs semaines
  • Si des symptômes d’alarme sont présents, tels qu’une perte de poids inexpliquée, une fièvre persistante ou une suspicion d’infection.

Dans la plupart des cas, la lombalgie aiguë peut être traitée efficacement avec des mesures simples telles que le repos relatif, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), la physiothérapie et les exercices de renforcement musculaire. L’imagerie médicale est généralement réservée aux cas où elle peut fournir des informations utiles pour orienter la prise en charge et le traitement, mais son utilisation systématique n’est pas recommandée en raison du risque de surdiagnostic et de surtraitement.

En conclusion, il est important de consulter un médecin en cas de lombalgie persistante ou accompagnée de symptômes inquiétants. L’imagerie médicale joue un rôle important dans la prise en charge de la lombalgie, mais son utilisation doit être guidée par les recommandations officielles et réservée aux cas où elle est médicalement justifiée pour optimiser les résultats cliniques et éviter les interventions inutiles.

Aller au contenu principal